Firefox5 Beta sur Ubuntu

mai 24, 2011 · Posted in Ubuntu · Comment 

Vous n’en pouvez plus d’attendre !

Firefox 3 vous prend la tête…

Firefox 4, ouais, mais non…

Et la 5 ? Hein ? Oukelest ?

Certains répondrons très vite « DTC !!! »…

D’autres, plus pragmatiques, se diront qu’il y a forcément un ppa pour ça…

Mais attention, si tu n’as pas Ubuntu… Ben t’as pas Ubuntu !!!

Allez, j’arrêtes de raconter n’importe quoi…

Go pour l’installation…

Alors, comme d’hab :

sudo add-apt-repository ppa:mozillateam/firefox-next
sudo apt-get update
sudo apt-get install firefox

C’est beau hein ?

Bon Hack à tous, et merci à Mozilla pour cette activité débordante !!

Antonin

Créer des puzzles à partir de vos propres images avec Tetzle !

mai 22, 2011 · Posted in GNU/Linux, Ubuntu · Comment 
Tetzle 2.0 ou comment créer des puzzles à partir de vos propres images.
Tetzle est un petit soft qui vous permet de créer des puzzles à partir de vos images pour après, pouvoir y jouer !
Comment ?
Plus simple, tu meurs !
– choisir une photo,
– déterminer le nombre de pièces, entre 16 et 1000,
– cliquer sur OK
Allez, zou! on fait le test :
sudo add-apt-repository ppa:gottcode/gcppa
sudo apt-get update
sudo apt-get install tetzle

Petits trucs en vrac…

mai 21, 2011 · Posted in Ubuntu · Comment 

Voici quelques astuces soumises par mon amie Gladys, ubuntera (un ubuntero, une ubuntera 🙂 ) confirmée…

Activer le défilement vertical du touchpad

Si l’onglet Pavé tactile n’apparaît pas dans la fenêtre Préférences de la souris, il existe une solution de contournement qui ne nécessite pas
l’installation de paquets supplémentaires.

Pour essayer la solution :

sudo rmmod psmouse

Pas de panique !! A cette étape la souris n’est plus active ! 🙂

sudo modprobe psmouse proto=imps

Si proto=imps ne fonctionne pas, essayez avec proto=exps

Pour rendre la solution permanente :

sudo vi /etc/modprob.d/alsa-base.conf

Insérez la ligne suivante:

options psmouse proto=imps

// note de mon ubuntera péférée : moi je l’ai fait comme ça mais en cherchant un peu sur le net j’ai vu que beaucoup créaient un nouveau fichier

Fermez le fichier et redémarrez.

Activation automatique du pavé numérique

Petite astuce pour activer automatiquement le pavé numérique au démarrage

Installez numlockx

sudo apt-get install numlockx

Éditez le fichier suivant :

sudo vi /etc/gdm/Init/Default

Insérez ces lignes à la fin du fichier avant le exit0 :

if [ -x /usr/bin/numlockx ]then
exec /usr/bin/numlockx on
fi

Et voilou !

Bon hack à tous ! et big up à Gladys !

Tchoo

 

Benchmarkez vos browsers !

mars 12, 2011 · Posted in Libfy · Comment 

Les versions de navigateurs web sortant plus vite que leurs ombres, je me suis demandé lequel, parmi les 3 que j’ai installés sur ma bécane, était le plus performant.

Allez zou ! On va « benchmarker ».

Pour que les tests soient un peu plus probants, je vais utiliser 2 outils on-line : SunSpider et V8 Benchmark Suite.

Ma machine :

cat /proc/cpuinfo
 
Intel(R) Core(TM)2 Duo CPU     P8600  @ 2.40GHz
 
free -m
 
Mem:          2001

Ma brouette est donc propulsée par un Core2Duo P8600 cadencé à 2,4Ghz. Et je n’ai « que » 2 Go de RAM…

Voici les URL pour réaliser les tests :
SunSpider : ici
V8 Benchmark : ici

Mon browser préféré étant Chromium (v 12.0.700) , c’est donc par lui que je commence :
Résultats SunSpider :

RESULTS (means and 95% confidence intervals)
--------------------------------------------
Total:                 307.6ms +/- 0.7%
--------------------------------------------

Résultats V8 :

Score: 4811
Richards: 5031 / DeltaBlue: 5356 / Crypto: 5280 / RayTrace: 5333
EarleyBoyer: 14601 / RegExp: 1781 / Splay: 3023

Avec Chrome (v 10.0.648) :
Résultats SunSpider :

RESULTS (means and 95% confidence intervals)
--------------------------------------------
Total:                 308.9ms +/- 1.0%
--------------------------------------------

Résultats V8 :

Score: 4351
Richards: 4243 / DeltaBlue: 4952 / Crypto: 4667 / RayTrace: 5354
EarleyBoyer: 13478 / RegExp: 1701 / Splay: 2453

Avec Firefox (v 3.6.15) :
Résultats SunSpider :

RESULTS (means and 95% confidence intervals)
--------------------------------------------
Total:                 1059.0ms +/- 2.8%
--------------------------------------------

Résultats V8 :

Score: 369
Richards: 1442 / DeltaBlue: 105 / Crypto: 1187 / RayTrace: 263
EarleyBoyer: 256 / RegExp: 183 / Splay: 420

Il n’y a donc pas photo, c’est encore une fois Chromium qui emporte le bras de fer…

Je vous invite à faire de même et à poster vos résultats ici ce qui me permettrait de faire quelques stats et de les publier.

Pensez à publier, en même temps que vos tests, ce que sont vos bécanes (CPU et RAM).

Bon Hack !

Antonin

Mise à jour de « Linux From Scratch »

mars 6, 2011 · Posted in GNU/Linux · Comment 

LFS est un livre précisant toutes les étapes nécessaires à la création de son propre système Linux.

Les sources de chaque logiciel sont récupérées, déballées, compilées et installées dans le but de vous faire connaîtres les différents logiciels nécessaires à l’installation et à l’utilisation d’un système Linux de base.

Il existe des variantes :

  • BLFS va plus loin : il vous aide dans l’installation de logiciels supplémentaires comme des serveurs web, ftp mais aussi des logiciels de bureau comme OpenOffice.org, Gnumeric, etc.
  • HLFS a pour objectif de vous guider à travers l’installation d’un système de base comportant le maximum d’éléments de sécurisation.
  • CLFS est une alternative à LFS fonctionnant selon le même principe, mais fournissant des éléments pour construire de manière croisée un système LFS sur divers types de systèmes (par exemple, construire un système x86_64 à partir d’un 32 bits).

Les astuces rassemblent un certain nombre de documents expliquant comment gérer votre système LFS par des techniques qui ne sont pas décrites dans les livres LFS ou BLFS.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du projet !

Bonne lecture !

Antonin

Linux Mint ! La RC 10 KDE et LXDE sont de sortie !

février 18, 2011 · Posted in GNU/Linux · Comment 

Et oui, fans de MINT et KDE ou LXDE, Février est votre mois !!

Le projet Linux Mint vient de sortir la RC 10 de MINT KDE et MINT LXDE, et ça semble être la même tuerie que la version GNOME.
Je vous laisse juger par vous même sur le site du projet.

Le swap ou l’art d’échanger…

février 9, 2011 · Posted in GNU/Linux · 1 Comment 

Le Swap est une des notions importantes de nos systèmes. Une bonne configuration du swap peut grandement améliorer le comportement de votre système… Mais une mauvaise utilisation peut effondrer votre machine.

Voici donc quelques informations pour vous aider à y voir plus clair.

GNU/Linux divise sa mémoire physique, la RAM (Random Access Memory), en « pages ».

Le Swap est le processus par lequel une page de mémoire est copiée dans un espace prédéfini sur le disque dur afin de libérer la mémoire physique de la quantité de occupée par cette même page.

La taille combinée de la mémoire physique et de cet espace de Swap représente la quantité de mémoire virtuelle.

Le Swap est nécessaire pour deux raisons importantes.

Tout d’abord, lorsque le système nécessite plus de mémoire que ce qui est physiquement disponible, le noyau swap afin de libérer de la mémoire physique et la donner à une application qui en a besoin immédiatement.

Mais la raison majeure de la légitimité du swap vient d’un effet très particulier induit par le fonctionnement des applications. En effet, lorsqu’une appli démarre, un nombre important de pages est utilisé pour la phase d’initialisation mais ne servira ensuite plus jamais. Le système peut et doit donc swapper ces pages et ainsi libérer la mémoire pour d’autres applications.

Cependant, cette méthode a un réel inconvénient… Dès lors que le système active le swap, il va utiliser le disque dur. Or, comme chacun le sait, les disques sont excessivement plus lents que la mémoire. Lorsque l’on évoque le temps passé pour écrire en mémoire, on parle de nanoseconde… Pour un disque, on parle de milliseconde… La conclusion est donc très simple : plus votre système swapera, plus il ralentira… Il est donc important de surveiller cette partie. Un système qui swape trop est un système qui manque de RAM…

Linux a deux formes de swap : la partition de swap et le fichier d’échange.

La partition de swap est une partie indépendante du disque dur utilisée uniquement pour le swap : aucun autre fichier ne peut y être stocké.

Le fichier d’échange, quant à lui, est un fichier spécial du système de fichiers.

Pour visualiser la quantité de swap que vous utilisez, il suffit de saisir dans votre terminal :

swapon -s

La sortie sera du type :

Filename Type	 Size	Used	Priority
/dev/sda5 partition	6384636	4	-1

Les informations à retenir sont assez simples :

– où est le swap : sur /dev/sda5

– de quel type est ce swap : partition dédiée et non fichier d’échange

– taille du swap : 6 Go

– Quantité de swap utilisé : 4 octets

– Priorité : indique au noyau quel swap est à utiliser en premier. Ce paramètre est très utile si vous devez monter plusieurs espaces de Swap (de préférence sur des disques différents) car il pourra augmenter considérablement ses performances.

Le fichier d’échange

GNU/Linux supporte également un fichier d’échange que vous pouvez créer, préparer, et monter d’une manière similaire à celle d’une partition de swap. L’avantage des fichiers d’échange est que vous n’avez pas besoin de trouver une partition vide ou de repartitionner un disque pour ajouter de l’espace de swap supplémentaire.

Pour créer un fichier d’échange, utilisez la commande dd afin de générer un fichier vide.

Par exemple, pour créer un fichier de 1 Go, tapez :

dd if=/dev/zero of=/swapfile bs=1024 count=1048576

où swapfile est le nom du fichier, 1048576 est le nombre d’octets définissant la taille de ce fichier.

Il faut ensuite définir le type de ce fichier comme étant du swap :

mkswap /swapfile

Il faut ensuite activer et monter ce fichier :

swapon /swapfile

Le fstab devrait donc ressembler à ceci :

/swapfile none swap sw 0 0

Quelle doit être la taille du swap ?

Il est possible de faire fonctionner un système GNU/Linux sans espace d’échange, tant qu’il y a une quantité suffisante de mémoire physique.

Mais une pénurie de mémoire physique entraînera un blocage complet du système. Il est donc fortement conseillé d’avoir un espace d’échange, d’autant qu’aujourd’hui, l’octet sur un disque n’est plus très cher.

La question importante est : combien pour mon swap ?

Les anciennes versions des systèmes d’exploitation de type Unix (telles que Sun OS et Ultrix) exigeaient une taille d’espace d’échange de deux à trois fois celle de la mémoire physique.

Les implémentations modernes d’Unix ou GNU/Linux ne nécessitent pas autant de swap, mais savent parfaitement l’utiliser si vous le configurez.

La règle de base est la suivante :

1) pour un système de bureau standard, utilisez un espace d’échange égal au double de la mémoire physique, car il vous permettra d’exécuter un grand nombre d’applications;

2) pour un serveur, configurez une petite quantité de swap, par exemple la moitié de la mémoire physique. En effet, il ne faut pas ralentir le système mais tout de même se garder une roue de secours au cas où. Mais il est nécessaire de surveiller la quantité de swap utilisée et ajouter de la RAM si nécessaire;

3) pour les machines de bureau sans trop de RAM (< à 1 Go), n’hésitez pas à utiliser beaucoup de swap, quitte à prendre jusqu’à 2 Go sur le disque.

Ce n’est qu’une base de travail. Rien n’est figé et vous n’êtes pas obligé(e) de suivre ce schéma. C’est une simple habitude de travail pour moi.

A savoir : sur les kernel 2.6 et ultérieurs, une variable nommée swappiness a été implémentée.

Elle permet à l’admin de gérer le swap, à la volée. Cette variable n’a qu’un seul argument, un nombre de 0 à 100. Plus la valeur est basse, plus on dit au système de conserver les applications en mémoire. Plus elle est haute, plus on lui demande de swaper. Attention tout de même de ne pas jouer aux apprentis sorciers au risque de mettre le système à genoux.

La valeur par défaut de cette variable est 60. Pour la modifier, à la volée (valeur remise à 60 au prochain reboot) :

echo 50 > /proc/sys/vm/swappiness

Pour changer définitivement cette valeur, il faut modifier la valeur de vm.swappiness dans le fichier /etc/sysctl.conf

Conclusion

La gestion du swap est un aspect essentiel de l’administration système.

Une bonne configuration et une bonne utilisation de l’espace d’échange peuvent offrir de nombreux avantages.

N’hésitez pas à expérimenter, mais à toujours surveiller votre système pour vous assurer d’obtenir les résultats dont vous avez besoin.

Soyez prudents, et bon hack à tous.

Antonin

Debian Squeeze est arrivée !

février 6, 2011 · Posted in GNU/Linux · 2 Comments 

6 février 2011

Source : Debian

Après 24 mois de développement continu, le projet Debian a le plaisir d’annoncer la publication officielle de la version 6.0 de Debian, nommée Squeeze. Debian 6.0 est un système d’exploitation libre, disponible pour la première fois en deux déclinaisons. Aux côtés de Debian GNU/Linux, Debian GNU/kFreeBSD est introduite avec cette version, en tant quedémonstration technique.

Debian 6.0 contient l’espace de travail Plasma avec les applications KDE, les environnements de bureau GNOME, Xfce et LXDE ainsi que de nombreuses applications destinées aux serveurs. C’est un système compatible avec la version 2.3 du FHS (« Filesystem Hierarchy Standard », ou norme d’organisation des systèmes de fichiers) et les logiciels développés pour la version 3.2 de la LSB (« Linux Standard Base », ou base standard de Linux).

Debian fonctionne sur de nombreux ordinateurs, depuis les assistants personnels (« palmtops ») jusqu’aux superordinateurs, et sur quasiment tous les systèmes intermédiaires. Au total, neuf architectures sont gérées : PC 32 bits / Intel IA-32 (i386), PC 64 bits / Intel EM64T / x86-64 (amd64), Motorola/IBM PowerPC (powerpc), Sun/Oracle SPARC (sparc), MIPS (mips (gros-boutiste) etmipsel (petit-boutiste)), Intel Itanium (ia64), IBM S/390 (s390), ARM EABI (armel).

Debian 6.0 Squeeze inclut, sous forme de démonstrations techniques, deux nouveaux portages basés sur le noyau du projet FreeBSD et utilisant l’espace utilisateur Debian/GNU bien connu : Debian GNU/kFreeBSD pour PC 32 bits (kfreebsd-i386) et PC 64 bits (kfreebsd-amd64). Ces portages sont les premiers à être intégrés à une publication de Debian sans être basés sur le noyau Linux. La prise en charge des logiciels usuels pour serveur est robuste et étend les possibilités des déclinaisons Linux de Debian grâce à des fonctionnalités connues comme propres au monde BSD. Cependant, ces portages sont limités pour cette publication : certaines fonctionnalités avancées des environnements de bureau ne sont pas encore présentes par exemple.

Le Guide « GNU/Linux Advanced Administration » en téléchargement

février 5, 2011 · Posted in GNU/Linux · 1 Comment 

Voici en libre téléchargement le manuel d’administration avancé GNU/Linux, proposé par la FTA (Free Technology Academy)

Auteurs : Remo Suppi Boldrito, Josep Jorba Esteve

Coordinateur : Josep Jorba Esteve

Licences : GNU Free Documentation License, Creative Commons Attribute ShareAlike License

Information : 545 Pages; 18.8 Mb

Lien offert par Libfy! : ici

Bonne Lecture

Antonin

Run As Root

février 5, 2011 · Posted in Libfy · Comment 

Hier soir, ma stagiaire préférée (en même temps, je n’en ai qu’une ! 🙂 ) m’a posé une question toute bête : « comment lancer une application en tant que root depuis Gnome ? »

« Mais pourquoi donc ? » lui rétorquais-je !

« Ben je veux utiliser wireshark, mais il ne me donne pas mes interfaces ! »

Diantre, elle a raison la bougresse !

Bon, comme je le fais naturellement, je ne lui avais jamais dit comment faire…

Mais je me dis que ça peut servir à d’autres…

Alors j’utilise 2 méthodes, la première et la seconde ! 🙂

Plus sérieusement, si c’est occasionnel, j’utilise la méthode :

ALT+F2 et

gksudo le_nom_de_l_appli

Si c’est régulier, il suffit de se créer un lanceur (sur le bureau ou dans la barre des tâches) et de mettre dans le champ « commande » :

gksudo "l'appli qui va bien"

Et voilou…

Bon Hack les amis !

Antonin

« Page précédente